Distance totale : 14 km. Dénivelé positif : 3049 m.

L'ombre du géant

Voilà un joli défi pour les amateurs de randonnée sportive (que je rêve de faire depuis mon passage à Suse dans ma randonnée de Guillestre au Mont Blanc) : le Rochemelon en bivouac depuis Suse, 3000m de dénivelé d’une traite ! Oui, vous avez bien lu 3000m… Le Rochemelon, montagne sacrée de la région de temps immémoriaux, domine directement la vallée du haut de ses 3500m. L’effort en vaut largement la chandelle, la vue depuis le sommet étant l’une des plus panoramiques que les Alpes puissent offrir. Mont Rose, Mont Blanc, Grand Paradis, Vanoise, Écrins, Mont Viso… De plus, la randonnée ne présente pas de difficulté technique particulière mis à part sa longueur.

Départ de Suse

Au-dessus de Suse

Depuis la gare de Suse, traversez quelques rues jusqu’au village de Mompantero. Vous pourrez vous y ravitailler en eau avant d’initier la dure montée qui vous attend. Juste après le village, il y a un poste de bivouac idéal si vous arrivez tard en journée et voulez partir de bonne heure le lendemain.

Le Rochemelon au lever du soleil

Vous passerez ensuite toute une série de villages aussi charmants les uns que les autres. Il fait bon y prendre quelque repos en admirant la vue qui se dessine peu à peu… Mon préféré est Chiamberlando, avec un banc tout à fait irrésistible !

L'Alpe Tour et le Rochemelon

En arrivant au charmant Alpe Tour, la vue sur le géant se fait plus précise. On voit bien le sommet, on se dit qu’il est à portée de main, qu’en fait ces 3000m seront un jeu d’enfant… Que nenni, c’est maintenant que la partie intéressante commence !

Bâtiment à l'Alpe Tour

L’ascension finale

Ânes et la vallée de Bardonecchia

En continuant, on arrive au refuge de la Riposa (2185m). Quand j’y suis passé en septembre, le refuge était fermé mais les toilettes ouvertes, ce qui m’a permis de ravitailler en eau une dernière fois avant d’attaquer le sommet (la fontaine à l’extérieur ne coulait pas). Je conseille quand même de faire ses réserves d’eau à la fontaine de l’Alpe Tour pour plus de sûreté.

Le Mont Viso depuis le Rochemelon

On commence ensuite une montée bien raide en alpage jusqu’au refuge Ca’ d’Asti (2854m). Du refuge, le Mont Viso pointe le bout de son nez au loin. On peut prendre un bon repos bien mérité, car la partie la plus raide reste à faire…

Neige fraîche en face nord

Suivre le chemin bien tracé qui monte quelques pierriers bien raides. On arrive à la Croix de Fer qui marque un dernier replat avant la dernière partie, plus rocheuse. Après toute cette montée, le souffle se fait court à 3300m… Cette dernière partie est vraiment la plus épuisante ! Les derniers passages dans la roche sont équipés, mais cela reste un niveau de randonnée. Toutefois cela peut sans doute se révéler plus délicat s’il y a de la neige ou de la glace sur le parcours… Fin septembre le chemin en est dégagé, même si la neige tient déjà en face nord.

Le Rochemelon en bivouac

Le Grand Paradis depuis le Rochemelon

On arrive finalement au refuge sommital et à sa Vierge immense (bienvenue en Italie), d’où la vue sur les Alpes à 360 degrés est époustouflante. Je ne pense pas connaître d’autre endroit aussi panoramique accessible en randonnée.

Ligne de crête depuis le Rochemelon

Pour la suite, deux solutions s’offrent à vous : passer la nuit au Rochemelon en bivouac dans le refuge au sommet, ou pour les plus braves redescendre directement les 3000m jusqu’à la vallée. J’ai choisi la première option, c’est pas tous les jours qu’on peut s’offrir une nuit à 3500m ! Cela permet de plus d’admirer à la fois le lever et le coucher du soleil…

Les Aiguilles d'Arve depuis le Rochemelon
Panorama du soir
Panorama du matin


Photagne

J'ai commencé la photographie en 2015 lors d'un voyage à Hawaii. Depuis lors, je me consacre à la photographie de paysages lors de mes nombreux treks en montagne.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *